Linux Mint 18.2 sur mon vieux ThinkPad

À force de galérer entre tablettes, smartphones, PC et Mac,  j’avais fini par me dégoûter de l’informatique, y compris de Linux. Ce matin, j’ai retrouvé le sourire après avoir fini d’installer la dernière version de Linux Mint (18.2 « Sonya ») sur mon vieux ThinkPad X60 à processeur 32 bits.

La très belle interface de Linux Mint 18.2 avec de nouveaux thèmes et de nouveaux fonds d’écran.

Pour être précis, j’ai fait l’installation à partir d’une clé USB comprenant Mint 18.1 mais je n’ai eu aucun mal ensuite à faire la mise à jour en 18.2, contrairement aux anciennes versions de Mint où il fallait réinstaller la distribution.

L’interface graphique que j’ai choisie est Mate, à la fois simple, rapide et élégante. La synchro  Dropbox s’est faite sans problème, de même que l’installation de logiciels Windows auxquels  je tiens via Wine. J’ai même retrouvé mes notes Evernote  grâce au client Linux « NixNote ».

Quand je pense aux prises de tête avec les mises à jour de Windows 7 (32 bits), précédemment installé, je me réjouis de l’avoir jeté. Mon ThinkPad a environ 12 ans mais, avec 3 Go de RAM  et un SSD (indispensable, le SSD !), je peux encore espérer l’utiliser pendant quelques années.

linuxmint.com

 

 

Publicités

Windows 3.1 sur RaspBerry Pi : bluffant !

Le RaspBerry Pi semble une machine passionnante. Parmi ses nombreuses utilisations possibles, Chris Barnatt a choisi d’y installer Windows 3.1, en émulation sous Raspbian Linux.

Le résultat est bluffant : l’installation de l’émulateur dosbox, puis de Windows 3.1 se font à la vitesse de l’éclair. On aurait rêvé d’avoir des PC aussi performants il y a 20 ans !

La série de vidéos « explaining computers » mise à disposition sur YouTube par Chris (en anglais) est exemplaire par sa qualité et sa pédagogie. À condition d’avoir encore les disquettes d’installation, on devrait y arriver nous aussi !

explaining.computers.com (en anglais)

Makulu Linux, une distro sympa qui assure

J’utilise, depuis un mois, Makulu Linux sur mon netbook MSI Wind à écran de 10 pouces et résolution 1024 x 600, et j’en suis très content.

Makulu01

Makulu Linux, une qualité de présentation qui valorise Linux auprès du grand public.

J’ai déniché cette distribution d’origine sud-africaine dérivée de Debian et Ubuntu sur distrowatch.com. C’est son look à la fois « naïf » et harmonieux qui m’a séduit. Le fond d’écran change à chaque connexion et une citation d’auteur s’affiche sur la droite, en dessous du rappel de l’heure et de la date en grands caractères.

Makulu2_20150824

Makulu Linux, une qualité de présentation qui valorise Linux auprès du grand public.

L’interface graphique est un mélange de XFCE et de Lxde, ce qui rend l’ensemble tout à fait utilisable sur mon ordi à processeur Intel Atom N270 de 2008. De ce fait, j’ai sauté le pas en installant tous mes logiciels et fichiers habituels : Dropbox, Picasa, Gimp, Audacity, ainsi que Evernote et d’autres softs Windows grâce à Wine. Je ne le regrette pas, car ma version 9 XFCELite 32 bits semble très stable.

Découvrir Makulu Linux sur distrowatch.com
Télécharger la distro sur makululinux.com

Installer Picasa sous Debian / Ubuntu

Google Picasa a cessé son support à Linux depuis la version 3.0. C’est dommage, car j’apprécie beaucoup ce logiciel de retouche d’images très simple sous Windows et OS X, en version 3.9.

Picasa-Linux

On peut encore installer Picasa 3.0 sous Debian/Ubuntu.

A ma connaissance, seule Linux Mint maintient Picasa 3.0 dans la liste de ses paquets. Cette ancienne version n’étant plus proposée sur le site de Google, voici un lien pour la télécharger sur le site UptoDown.

Si vous possédez une distribution à base de Debian / Ubuntu, vous pourrez continuer à utiliser Picasa sous Linux.

http://picasa.en.uptodown.com/ubuntu

Nouvel atelier « L’ordinateur sans stress » à Carros

À compter du 13 janvier 2015, le Centre social « La Passerelle » à Carros (Alpes-Maritimes) ouvre un atelier dédié à l’utilisation de l’ordinateur au quotidien.

ordi-sans-stress_Carros

L’atelier, animé par un bénévole, est ouvert chaque mardi de 14 h à 16 h. Il a pour but d’aider les utilisateurs à mieux tirer profit de leur PC ou Mac : retrouver et classer leurs photos, organiser les favoris Internet, nettoyer les fichiers inutiles, protéger leur vie privée, découvrir des logiciels gratuits, etc.

Handy Linux 1.5 : plus zen tu meurs

Ce soir, après avoir cherché sur les forums une solution à la panne d’un MacBook Pro, je prends la clé USB sur laquelle j’avais gravé l’image Iso de la dernière version de Handy Linux et décide de l’essayer en live sur mon netbook MSI Wind de 2008.

L'installation de Handy Linux est encore plus facile avec la version 1.5.

L’installation de Handy Linux est encore plus facile avec la version 1.5.

J’avais apprécié les versions 1.3 et 1.4 mais la 1.5 est encore plus agréable. Du coup, je l’ai tout de suite installée à la place de Debian 7.3 que j’utilisais sur le Wind.

Juste une précaution au moment du démarrage sur clé USB, évitez l’option « Default » (ça tourne dans le vide) et choisissez « essayer sans risques » ou « Installer ». Je ne me souviens pas d’avoir installé Linux de manière aussi tranquille. Ici, le système se configure sans besoin d’intervenir. Quand c’est fini, on redémarre et ça y est.

J’apprécie le fait que les logins d’utilisateurs soient masqués. On rentre son pseudo puis son mot de passe. Ensuite, on retrouve le bureau de Handy Linux, les écrans popup d’aide et les facilités de navigation.

En mode "Aventurier", on retrouve le gestionnaire de paquets Synaptic.

En mode « Aventurier », on retrouve le bon vieux gestionnaire de paquets Synaptic.

J’ai très vite personnalisé mon espace en changeant de navigateur par défaut et en ajoutant les menus déroulants « Applications » et « Répertoires » (voir capture d’écran ci-dessus). Pour mémoire, Handy Linux a été (très bien) pensée pour les débutants sous Linux mais s’apprécie tout autant en mode « customizé ».

Après mes galères de hardware sur Mac (d’autant plus rageantes que je suis emballlé par OS X Mavericks),  utiliser une distribution aussi zen que Handy Linux, ça repose.

handylinux.org

Q4OS, un Linux qui ressemble à Windows XP

Q4OS, un OS Linux qui fait penser à Windows XP.

Q4OS ambitionne de séduire les utilisateurs de PC encore sous Windows XP.

Le projet Q4OS s’adresse aux utilisateurs de Windows XP désireux de recycler leur ancien PC sous Linux sans être dépaysés. De fait, le menu « Start », la navigation et les icones ne sont pas sans rappeler Microsoft.

Q4OS n’est pas localisé en français, pour l’instant,  mais on peut facilement remplacer le clavier Qwerty par un Azerty. La base est Debian en version KDE. Après ajout du gestionnaire de paquets Synaptic, on a accès à toutes les applications Debian, comme ici la suite Office Calligra.

Sur mon PC, Q4OS tourne dans Virtual Box. C’est une curiosité à découvrir, d’autant plus que l’image Iso ne pèse « que » 330 Mo et qu’un module Virtual Box, téléchargeable sur le site, en facilite l’intégration.

La page Q4OS sur le web (en)